L'Amour des Mots

Très chers écrits. A vous, les mots,
Je suis face à vous, l'esprit fourmillant de pensées et d'idées me reliant toutes à vous. Vous les mots, que j'ai parcouru des centaines, des milliers de fois au coeur de différents ouvrages. Vous que j'essayais de déchiffrer en vain lorsque je ne savais pas encore lire, rêvant de ce moment où un monde nouveau et incroyable se déroulerait devant moi. Vos mots que je ne comprenais pas encore, étaient comme tant de promesses, comme de me tenir face à une porte close, verrouillée... ne me manquait plus que la clé. Mais déjà, entre les interstices, je devinais la clarté et la beauté de ce qui m'attendait derrière et j'étais déjà très impatiente.

Très vite, vous êtes arrivés. Par petit nombre au début, puis de plus en plus. Je ne cessais de tourner les pages, de finir des livres et déjà d'en vouloir de nouveaux. Une insatiable de lecture, une insatiable de l'imaginaire, une mordue de mondes nouveaux et d'univers foisonnants de vie. Une rêveuse, déjà, qui se régalait de mondes, de paysages et de personnages hauts en couleur. Vous m'avez accompagné, vous avez été des amis chers ; vous étiez cette présence qui m'aidait à m'évader quand tout n'était pas rose, comme des amis m'encourageant à faire preuve de bravoure, de calme, d'ingéniosité. Votre force, votre justesse me poussaient à l'être à mon tour.
Je ne saurais dire à quel moment précisément j'ai succombé à votre charme ; à quel moment j'ai décidé à mon tour de capturer des moments à l'aide de vous les mots, qui sont finalement devenus un peu les miens. Si j'adorais vous contempler à travers divers écrits, j'ai encore plus aimé me servir de cette magie à mon tour ; pour changer le quotidien, mettre des mots sur des ressentis, m'apaiser ; m'envoler vers d'autres horizons. Vous étiez mon arme la plus puissante contre la dureté du monde extérieur ; une parfaite alliée, tranchante comme une lame ou aussi douce que de la soie ; mais finalement, ces mots, toujours inoffensifs puisque parfaitement éphémères. Mais l'étiez-vous vraiment ? Parce que c'est aussi ça votre beauté, quand vous êtes écrits. Les paroles volent, s'envolent et disparaissent en un coup de vent, ne laissant qu'un vague souvenir ; seules les voix et les intonations restent. Mais les mots, inscrits sur du papier ou sur un écran ? Ils sont là, tant qu'on veut bien encore d'eux. Ils sont là et conservent toute leur puissance, toute leur signification ; toute leur ardeur, leur tendresse ou leur mélancolie.

Alors on peut le dire ; je crois être addicte à vous. Une droguée des tournures, des phrasés, des expressions et des sous-entendus que l'on peut créer entre les lignes. Vous avez été ma porte de secours, mon petit monde à moi où je pouvais me réfugier. Vous m'avez accueilli, sans jugement ; vous étiez comme un miroir reflétant mes émotions, me permettant de prendre ainsi du recul sur ma grande sensibilité. Une page blanche, qui se noircissait sous le stylo qui courait sur le papier ; des ratures, des dessins en marge, mais vous étiez toujours au centre de mon attention ; de mes intentions. Vous étiez mon tourbillon de pensées, mon tumulte d'émotions, qui n'en était plus un une fois que vous étiez couchés sur le papier. Me laissant avec l'esprit apaisé, déchargé de poids trop lourds à porter, de questionnements ; déchargée que j'étais des sentiments d'injustice ou de culpabilité ; face à vous et par la même occasion, face à moi. Grâce à vous, je ne me jugeais plus, je vous relisais quelques minutes, heures ou jours plus tard et vous me révéliez ce que je ne m'admettais pas ; ou ce qui se bloquait parfois dans ma gorge nouée.
A travers tous ces mots, je peux dire que j'ai parcouru des kilomètres, rencontré des personnalités incroyables, vu des paysages qui n'existent même pas sur notre planète. J'ai pleuré, profondément, j'ai ri, j'ai eu des frissons. Toi, la langue française et ta douce poésie, tu m'as réappris à être, tu m'as aidé à me poser et à trouver ma place lorsque je la cherchais. Tu as été tour à tour mon exutoire et celle que je prenais comme confidente de mes secrets, de mes rêves et de mon imaginaire. Un réconfort incroyable et une passion de plus en plus grandissante.

Je crois qu'au cours de ma vie, j'ai réellement eu deux grands amours. Toi, l'élu de mon coeur qui lit sans doute ces mots.
Et vous, qui courent sous mes doigts et dans ma tête ; qui m'accompagnent depuis toujours.

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire

Je lis vos commentaires avec grand plaisir, n'hésitez pas à me faire un retour ; rien de plus simple, tout le monde peut participer :-)
Je vous dis à bientôt !