Libérer sa beauté

Je vous écris aujourd'hui sur un sujet assez personnel ; et à la fois pas tant que ça, puisqu'il concerne, je pense, un grand nombre d'entre vous.
A notre époque où on ne cesse de voir des corps parfaits sur Instagram ; où on nous bombarde de jolies images, de looks tous plus osés les uns que les autres ; à cette période où on a rapidement fait de se sentir grosse et moche devant toutes ces jolies filles en maillot de bain et à la peau sublimée par le soleil... J'ai eu envie pour ma part de vous parler de la beauté au naturel, de la beauté que nous avons tous et toutes en nous et qu'on ignore. J'avais envie de vous montrer qu'on peut tous se sentir bien dans sa peau, qu'importe la nature de nos cheveux, la couleur de notre peau ou encore notre poids. Nous sommes toutes différentes, uniques et belles dans notre diversité.
C'est au fil de ces jolies photos qu'on a prise ce week-end que j'avais envie de vous donner un coup de boost. A vous, ces femmes à la beauté que vous ne voyez pas ; tout comme à vous, les hommes au charme que vous ne soupçonnez pas. Si ce blog s'appelle "sac de femme", avec des mots d'une femme envers d'autres femmes, et que cet article risque d'être finalement assez féminisé (pardon !), il peut parfaitement s'adresser à vous les hommes ; à mieux vous sentir dans votre peau, à mieux vous comprendre et vous accepter.
Au détour de ces décors somptueux, digne d'un conte de fées, au milieu d'une nature proche de nous ; c'est ici que je me suis laissée aller sous le regard bienveillant de celui qui réussit chaque fois à capturer de belles images ; et surtout qui me correspondent et semblent refléter celle que j'ai envie d'être. Si durant ces dernières années j'ai appris à être en accord avec moi-même et à me sentir bien telle que je suis, ne vous y trompez toutefois pas : je suis une jeune femme somme toute commune, avec ses qualités comme ses défauts. Une jeune femme qui doute souvent d'elle-même et de ses compétences ; une personne qui pendant longtemps a été très complexée.
Lorsque j'étais adolescente, avant et pendant la puberté, je n'ai jamais eu à me soucier de mon poids ou de ce que je pouvais ou non porter. J'étais mince, très mince, alors même que je mangeais comme quatre ; et je n'exagère même pas. Puis la puberté s'en est mêlée, et la silhouette gracile et svelte s'est métamorphosée en quelque chose que je ne reconnaissais pas : des cuisses plus épaisses, des hanches marquées, et surtout, ce qui m'aura le plus complexée : mes seins. J'étais passée d'un petit bonnet B à, progressivement, un bonnet E puis F. Je ne l'acceptais pas, en avait honte et ait même songé à une époque à me faire réduire la poitrine lorsqu'elle se serait stabilisée.
A cela s'ajoutait mon profil que je n'aimais pas, à cause de mon nez (petit certes), mais bien marqué lui aussi ; héritage de mon arrière grand-père maternel. Ou encore mes cheveux indomptables qui passaient le plus clair de leur temps attachés dans des coiffures d'où ils ne pouvaient s'échapper. Je n'étais pas bien dans mon corps, que je voyais prendre du poids petit à petit.
Normal me direz-vous, j'avais été habituée à ne pas grossir et à beaucoup manger ; en devenant une femme les choses ne s'avéraient plus aussi faciles. J'ai donc à cette époque commencé un régime et réussi à perdre 20 kilos. Si je ne conseillerais pas cette méthode où je me privais de tout, il faut avouer que cette perte de poids m'aura fait du bien puisqu'elle m'aura fait comprendre l'importance de prendre soin de soi... ainsi que celle de s'aimer, sans vouloir à tout prix tout changer.
Si la question du poids est personnelle à chacun, il y a bien un point sur lequel ma pensée a bien évolué. On a tous et toutes des petites choses qu'on aimerait voir différentes, plus belles ou plus harmonieuses. Avec les années passant, j'ai appris à les accepter ; à comprendre qu'elles faisaient finalement partie de moi et que c'était finalement plutôt chouette.
Ce bout de nez que j'ai tant détesté n'est certes pas dans les standards actuels, mais il est un cadeau d'un homme que j'aurais aimé connaitre.
Mes cheveux, j'ai appris à les comprendre et à respecter leurs besoins plutôt que de leur imposer des traitements qui leur faisaient plus de mal que de bien. Ils sont bouclés et j'ai fini par aimer cela et leur épaisseur n'est finalement plus ce défaut que je voulais chasser mais bien une force.
Ma silhouette est celle d'une femme épanouie et généreuse ; avec ses formes qui me permettent de porter ces jolies robes de princesse que j'affectionne tant.
Et à ces vergetures dessinées sur le haut de mes cuisses et sur mes hanches : sachez que vous êtes les bienvenues. Désolée à mon corps d'avoir tant fait le yoyo avec mon poids et de t'avoir, certaines fois, infligé plus d'une contrariété.
Je ne suis évidemment pas parfaite (quel ennui ce serait !), mais j'ai appris à ne plus nécessairement m'accuser et pointer du doigt toutes les choses que je n'aime pas et que je vois dans le miroir. Cela m'arrive encore, mais je contre-balance toujours par un compliment, et je crois que c'est ça le secret. Ne dit-on pas que le positif attire le positif ? Un joli teint de bon matin ; des reflets joyeux dans mes cheveux ; des yeux brillants de malice lorsque mon chéri vient derrière moi pour m'enlacer. Cela peut être tellement de petites choses ; mais des choses qui n'appartiennent qu'à vous et que vous devez chérir.
Alors moi, cette romantique, à l'âme d'enfant et rêveuse, je me laisse aller à me promener dans les sous-bois, sous l'oeil aguerri de celui qui ne me juge jamais. Pour une personne comme moi qui n'ait jamais aimé me faire prendre en photo, qui le prenait comme une contrainte, je me prends à apprécier cet exercice ; et me surprend à me trouver jolie sur certains clichés.
Et j'aimerais que vous aussi, vous arriviez à vous trouver belles, que ce soit dans votre miroir ou dans les yeux d'un autre. Que vous vous sentiez bien dans ce que vous portez, sans prendre en compte les diktats d'une mode pas toujours réalisable à assumer au quotidien. Que vous cessiez de vous comparer à des silhouettes souvent improbables et le plus souvent retouchées sous Photoshop. Que vous ayez ce regard doux sur vous ; celui d'une personne qui s'accepte, qui veut être meilleure oui, mais meilleure que soi-même.
Parce que c'est souvent cette douceur qui nous fait défaut. On s'accorde à la donner, à l'offrir aux personnes qui nous sont chères, en omettant de l'offrir à une personne des plus importantes : nous-même. On se compare, on se critique, mais accepterions-nous un instant d'entendre de tels jugements dans la bouche d'un inconnu ? Je ne crois pas. Alors pourquoi se l'infliger, alors qu'on peut tout simplement... se donner un peu de tendresse et se laisser en paix ?
S'il est important de s'aimer sans attendre l'avis des autres, je crois que parfois, un regard bienveillant ne peut faire que du bien, que ce soit le votre ou celui d'une autre personne. Une personne qui vous connait bien ; ou une personne que vous n'avez pas vu depuis longtemps. Apprendre à accepter les compliments, à les recevoir avec gratitude est un travail qui réchauffe le coeur. Vos "défauts" sont souvent décuplés parce que vous êtes focalisés dessus ; et sont souvent invisibles pour l'être qui vous aime ; ou au contraire contribuent à vous rendre encore plus attendrissants.
Aimez-vous, sans mesure et entièrement. Vous êtes la personne avec qui vous allez vivre le plus longtemps ; accordez-vous donc cette bienveillance que vous méritez, et cette considération que vous auriez envers une personne que vous appréciez. Votre corps est votre meilleur allié ; vous êtes votre meilleur ami.
Et n'oubliez jamais que la vraie beauté est encore dans les plus petits détails : dans votre sourire, dans votre regard ou vos petites manies. Votre beauté est là où votre personnalité est la plus pure, dans la plus haute idée que vous avez de vous-même.
Dans votre parfaite imperfection.

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire

Je lis vos commentaires avec grand plaisir, n'hésitez pas à me faire un retour ; rien de plus simple, tout le monde peut participer :-)
Je vous dis à bientôt !